Témoignage « Danse de Kali »

Ola les danseurs de Kali !
J’ai maintenant envie de partager avec vous sur le très beau stage que nous avons vécu ensemble

Pour moi, ça me fait penser à un James Bond.

Le héros a 3 jours pour déjouer une machination infernale. Quelques secondes avant la catastrophe, il y parvient. Et les images suivantes le montrent avec son ancienne adversaire, devenue depuis sa petite amie, profiter du moment présent bien à l’abri de l’agitation du monde.

Eh  bien Mesdames et Messieurs, ce héros, c’est moi !

Quelle est la machination infernale, à dire vrai, je ne le sais pas bien.
Ce que je sais par contre c’est que depuis plusieurs mois j’avais la sensation très dérangeante d’être fatigué à en mourir.

Et cette sensation me faisait peur, en même temps qu’elle m’étonnait car  de l’énergie je peux en avoir. En fait je peux en avoir mais je me sens cependant très fatigué.
« A mourir » me disait mon intérieur.

Les trois jours du film, ce sont bien sûr les trois jours du stage ; le cercle magnifique et magique que nous avons formé tous ensemble, le creuset riche en énergie qui a permis les transformations que nous sentions tous en terminant ce stage. Un merci à chacun  et chacune et tout particulièrement à Dominique, Marie-Anne et à Didier qui ont su créer le cercle et  faire monter cette énergie.

Je ne voulais pas écrire trop vite à la fin du stage car les choses ne me paraissaient pas bien calées encore et je tenais à voir ce qui advenait avec un peu de recul. Mais comme elles sont très belles pour moi, j’ai envie maintenant de vous les partager.

Quand je suis rentré chez moi, je sentais mon enfant intérieur tout contre moi.   Peau contre peau ; comme on le fait parfois en Néonatologie.
Je l’ai gardé comme cela pendant 2 jours. Cela m’évoquait une sorte de réanimation.
Et c’était très bon !

Une partie de moi reprenait vie. Cela tenait de la maman qui retrouve, avec tellement d’amour, son enfant malade ; du père qui accueille avec tout son cœur et son amour son fils prodigue de retour ; de l’amant enfin qui retrouve son amoureuse dont il a été séparé trop longtemps.

C’était doux et c’était bon !!

Et mon enfant intérieur s’est réanimé.

J’ai l’impression depuis que j’ai trouvé mon axe ; mon centre. Ma vie.

Que cet enfant dont je m’occupe depuis plus d’une année maintenant, il n’est plus à côté de moi, mais au centre de moi. C’est mon trésor.

J’entends maintenant son mal-être ; Je l’accueille tel qu’il est ; je l’aime et le lui dit.
Et je me secoue en faisant du charabia pour ne pas être noyé dans son chagrin quand j’en ressens le besoin.

Je pressens que derrière ce mal être il y a une énergie magnifique que je ne saurais qualifier.

Merci encore à chacune et chacun d’avoir été mes compagnons de route pour cette belle aventure,
et belle vie à vous !

Hughs

P. Médecin