Poème de Gorakh Nath

Statue de Gorakhnath

Ni vide, ni plénitude
Ni être ou ne pas être
Tellement indéfinissable et au-delà des sens
Dans le ciel intérieur du Chakra de la couronne
La voix innocente d’un enfant
Comment la mettre en mots ?

Rire, jouer, le saut de la méditation
Nuit et jour, il partage cette inspiration divine
Rire, jouer, son esprit est limpide
Inébranlable, il est toujours avec Dieu.

Nuit et jour son intellect se dissout dans le silence
Il oublie tout ce qui peut être connu
Il parle l’inconnaissable
Il abandonne tout espoir
Il vit sans espoir
Brahma le créateur lui dit :
« Je suis ton serviteur. »

Ce qui coule vers le bas, il le dirige vers le haut
Un yogi enflamme son énergie sexuelle vers le ciel
Il se dégage de tout attachement, il anéantit toute illusion
Vishnou le protecteur lui lave les pieds.

Meurs, oh yogi meurs, douce est cette mort
Meurs de cette mort que Gorakh a embrassée
Et éveille-toi.
Poème de Gorakh Nath