L’amour, dépendance, indépendance ou interdépendance?

Par Osho

« Nous sommes les vagues d’un océan cosmique de conscience. Cela signifie que l’amour peut avoir trois dimensions. La première est celle de la dépendance. C’est ce qui arrive à la majorité des gens. Le mari est dépendant de sa femme, la femme est dépendante de son mari. Ils s’exploitent l’un l’autre, ils se dominent l’un l’autre, ils se possèdent l’un l’autre, ils se réduisent mutuellement à un objet à utiliser. Dans quatre-vingt-dix-neuf pour cent des cas, c’est ce qui se passe dans le monde. C’est pour cela que l’amour qui peut ouvrir les portes du paradis n’ouvre seulement que les portes de l’enfer.

La deuxième possibilité est l’amour entre deux personnes indépendantes. Cela arrive aussi de temps en temps. Mais cela aussi mène à la misère parce que le conflit est continuel. Il n’y a pas d’ajustement possible. Tous les deux sont tellement indépendants et personne n’est prêt à faire de compromis, à s’ajuster à l’autre. Les poètes, les artistes, les penseurs, les scientifiques, ceux qui vivent dans cette sorte d’indépendance, au moins dans leur tête, sont des gens impossibles dans le partage d’une vie commune.

Ils donnent à l’autre sa liberté, mais cette liberté ressemble plus à de l’indifférence qu’à de la vraie liberté. Cela ressemble plus à un manque d’attention, comme s’ils n’étaient pas concernés. Ils se laissent l’un l’autre dans son propre espace. La relation ne semble que superficielle. Ils ont peur d’aller plus profondément l’un dans l’autre parce qu’ils sont plus attachés à leur liberté qu’à l’amour, et ils ne veulent aucun compromis.

Et la troisième possibilité est l’interdépendance. Cela arrive très rarement, mais, quand cela arrive, un morceau de paradis tombe sur terre. Deux personnes, ni indépendantes, ni dépendantes, mais dans une extraordinaire synchronicité, comme s’ils respiraient l’un pour l’autre, une âme dans deux corps – chaque fois que cela arrive, l’amour est là. Il n’y a que cela que vous pouvez appeler amour. Les deux autres ne sont pas réellement de l’amour, ce sont juste des arrangements – sociaux, psychologiques, biologiques – mais des arrangements. La troisième possibilité est spirituelle. »

Osho, The Book of Wisdom (traduction: Dominique Vincent)