Chant de libération

Aussi longtemps que la vérité est cachée

L’histoire ne s’arrêtera jamais.

Aussi longtemps que des endroits interdits existent

L’histoire ne s’arrêtera jamais.

Oh vous qui n’existez que dans votre tête,

C’est vous qui détenez le pouvoir.

Continuez de construire vos prisons

Mais vos murailles elles-mêmes

Vont se mettre à danser,

Les amoureux fous ne seront jamais enfermés.

Cette tulipe et cette rose,

La lune et les étoiles,

Peuvent même égratigner votre visage oh prêtre!

Ces débits de boissons ne ferment pas,

Ces débits de boissons ne fermeront jamais.

Les papillons de nuit eux-mêmes deviennent des luminaires pleins de confiance,

S’enflammant spontanément, riant aux éclats, souriant.

Ces papillons ne seront jamais prisonniers

Dans les demeures obscures de la superstition.

Ces moqueries et ces rejets ne sont rien,

Il n’y a rien d’autres que des mots d’amour.

Ce monde est chemins de jardins enchantés,

Son histoire ne s’arrêtera jamais.

Gorakh Nath, traduction de la version anglaise par Dominique Vincent