Le bonheur selon Osho

« Les gens pensent que d’être malheureux est l’état de santé normal et que d’être heureux est un signe de désordre mental. Les conditions de vie sont tellement perturbées que seuls les fous peuvent rire dans ce monde. Quand est-ce que les autres, les gens normaux et sensibles, auraient-ils le temps de rire? Le coeur de ces gens soit-disant normaux s’est asséché. Les gens normaux se sentent obligés de compter leur argent. Les gens normaux sont occupés à gravir les échelles du pouvoir. Les gens normaux disent: « Nous voulons le pouvoir politique. Qui a le temps de rire, de chanter, de jouer un instrument de musique, de danser sous les étoiles, à l’ombre d’un arbre, de regarder le soleil, de parler aux fleurs, d’enlacer les arbres. Qui a le temps? Ce sont des choses à faire plus tard quand toutes nos affaires seront réglées. Quand nous aur
ons l’argent, le pouvoir, le prestige, alors nous irons nous asseoir sous les arbres.
Mais ce jour ne vient jamais, il n’est jamais venu, il ne viendra jamais. Vous traversez la vie en pleurant et en en vous lamentant. Comme vous êtes v
enu, ainsi vous partirez – venu les mains vides, parti les mains vides. »

Si le nectar intérieur monte dans votre coeur, si vous goutez sa saveur – Cela se manifeste immédiatement – si vous allez en vous, tout est présent. Vous avez tourné le dos à la rivière, c’est pour cela que vous êtes assoiffé. Changez de direction. Tournez le dos au monde et mettez-vous en face de vous-même, et vous serez surpris: pourquoi êtes-vous resté assoiffé si longtemps? Vous allez vous mettre à pleurer. Pourquoi avoir perdu tant de temps. Et vous allez rire aussi car c’est tellement incroyable que vous étiez en train de chercher ce que vous possédiez déjà. Vous agonisiez, vous étiez complètement perdu, parce que vous ne le trouviez pas. Et vous ne pouviez pas le trouver, car ce qui est à l’intérieur ne peut être trouvé à l’extérieur, cela ne peut se trouver que là où c’est… » Osho, Die, Oh Yogi die