La leçon de Rita Levi-Montalcini

Cette interview du 22/12/2005 vibre si fortement en nous que nous avions à coeur de vous la partager.

Née le 22 avril 1909 à Turin, neurologue, Prix Nobel de médecine 1986, est décédée en 2012, à 103 ans. Elle fut la lauréate ayant vécu le plus longtemps de tous les prix Nobel.

Q:  Comment célébrer vos 100 ans ?

RL-M: Je ne sais pas. Ce qui m’intéresse et me plaît, c’est ce que je fais chaque jour.

Q: Et que faites-vous ?

RL-M: Je travaille à obtenir des bourses d’études pour des fillettes africaines, afin qu’elles se préparent à travailler pour l’avancement de leur pays.

Q: Vous n’êtes pas à votre retraite ?

RL-M: Jamais ! La retraite détruit le cerveau.

Quand les gens abandonnent, cela tue le cerveau et rend malade.

Q: Comment fonctionne votre cerveau ?

RL-M: Exactement comme à mes 20 ans. Je ne note aucune différence dans mes désirs ni dans mes capacités. Demain, je participerai à un congrès médical.

Q: Mais n’y aurait-il pas quelque limite génétique ?

RL-M: Non. Mon cerveau aura bientôt un siècle… mais il ne connaît pas la sénilité. Mon corps se ride, c’est inévitable, mais pas le cerveau.

Q: Comment cela se fait ?

RL-M: Nous jouissons d’une grande plasticité neuronale : même si des neurones meurent, ceux qui restent se réorganisent afin de maintenir les mêmes fonctions, mais encore faut-il les stimuler.

Q: Pouvez-vous m’aider à le faire ?

RL-M: Maintiens tes désirs, active ton cerveau, fais-le fonctionner, ainsi il ne dégénèrera jamais.

Q: Et je vivrai plus longtemps ?

RL-M: Vous vivrez mieux les années que vous aurez à vivre. Le secret, c’est de demeurer curieux, engagé et avoir des passions.

Q: La votre fut la recherche scientifique.

RL-M: Oui, je continue aussi passionnée.

Q: Vous avez découvert comment croissent et se renouvellent les cellules du système nerveux.

RL-M: Oui, en 1942, j’ai appelé cette découverte « facteur de croissance nerveuse » (NGF en anglais), et pendant un demi-siècle je fus interdite, jusqu’à ce que soit reconnue la validité de ma découverte. En 1986, je reçus alors le Prix Nobel pour cette découverte.

Q: Comment une jeune fille italienne de 20 ans a-t-elle pu parvenir à être neuro-scientifique ?

RL-M: Depuis mon enfance, je me suis mise à étudier. Mon père voulait que je fasse un bon mariage, que je sois une bonne mère de famille… mais j’ai refusé. Je me suis tenue devant lui et je lui ai dit que je voulais étudier.

Q: Quelle contrariété pour Papa, non ?

RL-M: Oui, c’est que je ne me sentais pas heureuse enfant. Je me sentais un vilain petit canard, sotte, et très peu de chose. Mes frères aînés étaient brillants et je me sentais tellement inférieure.

Q: La religion freine-t-elle le développement cognitif ?

RL-M: Oui, la religion marginalise la femme face à l’homme, elle l’a met de côté quant au développement des connaissances.

Q: Existe-t-il une différence entre le cerveau d’un homme et celui d’une femme ?

RL-M: Seulement dans les fonctions cérébrales qui sont en relation avec les émotions liées au système endocrinien. Mais quant aux fonctions cognitives, il n’y a aucune différence.

Q: Pourquoi n’y a-t-il encore que très peu de femmes scientifiques ?

RL-M: Non, ce n’est pas vrai ! Plusieurs découvertes scientifiques attribuées à des hommes furent en vérité l’oeuvre de leurs soeurs, épouses ou filles.

Q: Personne n’a essayé de vous assassiner.?

RL-M: Durant le fascisme, Mussolini voulut imiter Hitler dans la persécution juive. Je dus me cacher un temps. Mais je n’ai pas cessé mes recherches : j’ai monté mon laboratoire dans ma chambre à coucher… et c’est en ce temps que j’ai découvert « l’apoptosis », c’est à dire la mort programmée des cellules.

Q: Comment expliquez-vous la folie nazie ?

RL-M: Hitler et Mussolini surent parler aux foules. Là, c’est le cerveau émotionnel qui prédomine toujours sur le cerveau néocortical, intellectuel. Ils manipulèrent les émotions, non la raison.

Q: Est-ce ainsi aujourd’hui ?

RL-M: Bien sûr.

Q: L’idéologie est émotion, elle est sans raison.

RL-M: La raison est fille de l’imperfection. Chez les invertébrés, tout est programmé, ils sont parfaits. Nous non ! Etant imparfaits, nous avons recours à la raison, aux valeurs éthiques : discerner entre le bien et le mal, c’est le plus haut grade de l’évolution.

Q: Vous ne vous êtes jamais mariée, vous n’avez pas eu d’enfant ?

RL-M: Non, je suis entrée dans la jungle du système nerveux. Je suis demeurée fascinée de sa beauté et j’ai décidé de lui dédier tout mon temps, toute ma vie.

Q: Quel est aujourd’hui votre grand rêve ?

RL-M: Qu’un jour nous parvenions à utiliser au maximum la capacité cognitive de notre cerveau

Q: Avez-vous cessé de vous sentir un vilain petit canard ?

RL-M: Je demeure encore consciente de mes limites.

Q: Qu’est-ce qui fut le meilleur dans votre vie ?

RL-M: Aider les autres.

Q: Que feriez-vous aujourd’hui si vous aviez 20 ans ?

RL-M: Ce je suis en train de faire !

« Je ne suis pas mon corps, je suis mon esprit. » Rita Levi-Montalcini