Gibberish ou Charabia


Coussin méditation rose

Durée :

Lieu :

Deux fois cinq minutes jusqu’à deux fois une heure

Une pièce où vous pouvez faire du bruit et où vous ne serez pas dérangé


La plus simple des méditations cathartiques

Imaginez…

Imaginez un maître soufi du nom de Gabbar en train de donner son enseignement à une foule de disciples qui l’écoutent religieusement. Savez-vous quelle langue parle Gabbar ? Il parle charabia, un non-sens absolu, comme les enfants qui s’amusent à proférer des sons incohérents. Puis, sur un signe du maître, l’assemblée entière se met à lui répondre, en charabia bien sûr. Sur un autre geste de celui-ci, tout le monde se fige dans un silence total. Les témoins extérieurs, les bien-pensants de l’époque, étaient atterrés : Ces gens sont-ils devenus fous ?

La méthode

La technique de méditation de Gabbar nous est parvenue sous le nom de Gibberish. Elle se révèle être une des plus puissantes pour les gens de notre époque. Pourquoi ? Parce qu’elle intègre une catharsis au processus de méditation.

Catharsis est un mot grec qui vient d’abord d’un contexte médical, avant d’être utilisé dans le monde du théâtre. Il signifie purger, nettoyer, le corps bien sûr, mais aussi les émotions.

À notre époque, nous sommes souvent extrêmement tendus pour de multiples raisons. Nous avons du mal à répondre aux défis sociaux et économiques, professions, argent, responsabilités, rythmes accélérés, compétitions, sensations de ne pas être capable de répondre aux pressions constantes auxquelles nous sommes soumis. Il se peut aussi que nous ayons du mal à intégrer les frustrations et les répressions de notre vie sexuelle et amoureuse, et que nous ne sachions pas comment les exprimer de façon dynamique et créatrice. Les émotions sont là, tristesse, peur, colère, anxiété, plus ou moins reconnues ou refoulées. Essayez donc de vous asseoir et de méditer dans un tel contexte. Cela devient une pure torture !

La Gibberish est un bon purgatif. Elle permet de dégager les tensions physiques et émotionnelles de façon rapide et efficace. Elle est une excellente préparation aux méditations assises de type bouddhiste.

Pour qu’elle porte tous ses fruits, choisissez un endroit où vous ne dérangerez personne, et où personne ne vous dérangera. Faites des sons, gesticulez dans tous les sens, parlez une langue que vous ne connaissez pas, laissez libre cours aux émotions retenues. Au besoin, tapez dans un coussin. Laissez-vous surprendre, ne retenez rien, permettez-vous. La seule règle: ne vous faites pas de mal et ne cassez rien. Ne le faites pas si vos enfants ou votre partenaire sont à proximité, cela pourrait leur faire peur.

Comment vous y prendre ?

Voici une suggestion en deux étapes :

  1. Assis ou debout dans une pièce où vous pouvez faire du bruit et où vous ne serez pas dérangé, commencez à parler dans une langue imaginaire. Laissez venir n’importe quoi à la condition que cela n’ait aucun sens. Gesticulez, grimacez, criez, haranguez une foule, parlez au téléphone… Si vous ne pouvez pas faire beaucoup de bruit, mettez plus d’énergie dans les mouvements et moins dans la voix.
  2. Après un temps que vous vous êtes fixé à l’avance, minimum de cinq minutes, maximum d’une heure, vous vous arrêtez net, assis ou debout. Cet instant est essentiel. En effet, le charabia a déstructuré votre mode habituel de pensée et quand vous vous arrêtez, il lui faut quelques fractions de secondes, ou même quelques secondes pour reprendre son cours normal. Vous faites alors l’expérience de moments de conscience dégagés de la pensée discursive. Restez immobile pour une durée égale à la période de charabia, de 5 minutes à une heure.

Un autre point important

donnez-vous un temps d’intégration, de silence et d’écoute intérieure, de même durée que le temps d’expression. Alors, ce n’est plus seulement une catharsis, une purgation, cela devient vraiment une méditation. Pour la durée, cela peut aller de deux fois cinq minutes jusqu’à deux fois une heure. Mais nous insistons : prévoyez bien le temps d’intégration.

Ce processus peut être pratiqué sur une semaine avec chaque jour une heure de catharsis et une heure de méditation silencieuse.




cathartique



bandeauvers