Un hurlement dans la forêt


Coussin méditation rose

Durée :

Lieu :

2 x 30 minutes au minimum

Choisissez un endroit désert où vous vous sentez accueilli par la nature.

Cette méditation nous vient d’un Chaman amérindien : Sun bear. Vous pouvez l’utiliser quand vous avez le cœur plein d’amertume, de rage, de revanche ou de jalousie et que vous avez accès à une forêt où vous ne dérangerez personne (et où personne ne vous dérangera).
Prenez d’abord une bonne marche rapide d’au moins une demi-heure pour vous oxygéner au maximum.

Choisissez un endroit désert où vous vous sentez accueilli par la nature. De la même façon que la terre mère est capable de recevoir et de recycler les excréments pour en faire un humus fertile, elle peut aussi recevoir vos émotions négatives et vous aider à les transformer en vitalité et amour.
Durée : 30 min au moins

Creusez !

Mettez-vous à genoux et faites demandez à la terre mère de vous apporter son aide puis enlevez soigneusement avec vos mains nues le couvert végétal sur un cercle d’au moins 50 cm de diamètre et déposez-le sur le côté respectueusement, feuilles mortes, plantes, même les cailloux couverts de mousse.

Ensuite, creusez le sol avec énergie, faites un trou avec toute l’énergie dont vous êtes capables. Tant pis si vous vous salissez les mains ou si vous vous cassez les ongles, creusez !

Quand le trou est assez profond, dépendant de ce que vous rencontrez, terre meuble, sable ou rocher, arrêtez-vous, mettez-vous les mains sur le cœur et sur le ventre et souvenez-vous des émotions qui vous ont amené là.

Criez !

Toujours à genoux au bord de votre trou, prenez une profonde inspiration et commencez à vociférer, à extérioriser toute la haine et toute la violence qui vous habite. Faites-le en dirigeant vos cris vers le trou. Hurlez jusqu’à épuisement. Il est possible que vous alliez jusqu’à cracher ou vomir dans le trou. Ne vous retenez d’aucune manière.

Silence et ouverture

Quand vous sentez que tout le venin est sorti, rebouchez le trou. Remettez tout comme vous l’avez trouvé, la mousse, les plantes, les feuilles, que personne ne puisse voir qu’il s’est passé quelque chose à cet endroit.
Asseyez-vous alors à même le sol, sur une pierre ou un tronc d’arbre et restez en silence. Soyez simplement disponible aux énergies des êtres qui vous entourent : pierres, arbres, animaux, la terre, les astres, le vent, le soleil ou la pluie. Tous vibrent et sont prêts à entrer en résonance avec vous pour peu que vous y soyez présent.

Mais en ville, que faire ?

Cette méditation convient bien aux immensités de la forêt canadienne mais est plus difficile à pratiquer en région parisienne. N’oubliez pas cependant que vous pouvez crier de toutes vos forces dans un oreiller sans déranger votre voisin le plus proche et que vous êtes continuellement connecté avec les forces de la nature. Sans cela, vous seriez mort instantanément. Il y a toujours près de vous une plante, un arbre, un insecte ou un rayon de soleil. Quand vous êtes dans le métro, sentez que vous descendez dans les entrailles de la terre. En tout temps, en tout lieu, reconnaissez la connexion.




cathartique



bandeauvers