Les différents corps


Différents niveaux de réalité

peinture-jasmuheen

Tantra, méditation, énergie
Peinture de Jasmuheen

Le corps est composé de différents niveaux de réalité que l’on peut considérer comme des pelures d’oignon.
Les descriptions en sont variées car ces couches peuvent être stratifiées à l’infini.

Ces modèles ne sont pourtant pas arbitraires. Ils sont le résultat d’une longue expérience plusieurs fois millénaire. Certaines recherches médicales et psychologiques modernes, qui utilisent les découvertes récentes en physique quantique, en biophysique et en neurologie, vont dans cette direction.

En voici un modèle simple qui correspond à celui de Patanjali :

Le corps physique

Le corps énergétique

Le corps émotionnel

Le corps mental

Le corps intuitif

Le corps du bonheur

1. Le corps physique

Le corps terre, le corps matière, est parfois appelé en Inde le corps nourriture parce qu’il dépend continuellement des aliments que nous ingérons. Le corps mange, se reproduit et meurt. C’est le corps le plus évident dont nous faisons continuellement l’expérience. Il a besoin d’exercices. Son bon fonctionnement procure santé et plaisir. Il est important d’absorber une nourriture de qualité parce que nous devenons ce que nous mangeons.
Un des premiers pas vers l’éveil, c’est une nourriture saine et vivante, qui nous aide à être vif, léger, alerte, prêt à bouger, à danser, à nous impliquer, à penser…
Ce corps physique, objet d’études de la biologie et de la physiologie humaine, est le premier barreau dans l’échelle formée par les différents corps et nous permet d’entrer dans la perception et l’expérience du second corps.

Beaucoup de personnes se contentent de vivre au niveau du corps physique. Cela est manifeste chez certaines personnes âgées qui, même aux portes de la mort, ne semblent être préoccupées que par ce qu’elles vont manger au prochain repas. Cela nous guette tous au quotidien.

2. Le corps énergétique

corps-energie-bali

Le corps énergie à Bali
Temple d’Ida Nabi

Le corps énergétique ou électromagnétique est celui dont s’occupe la médecine chinoise quand elle utilise les méridiens et l’acupuncture.
Ce second corps est à l’intérieur mais aussi à l’extérieur du corps physique. C’est alors ce qu’on appelle l’aura.
Ce corps est maintenant bien reconnu comme une réalité scientifique repérable et mesurable, en particulier en biophysique (Voir par exemple les travaux de Fritz-Albert Popp et du Dr. Konstantin Korotkov).

Un aspect intéressant est que les maladies semblent bien être détectables dans le corps énergétique avant de se manifester dans le corps physique.
Ce corps se nourrit essentiellement de lumière et de respiration.
Tous les exercices qui impliquent la respiration, les couleurs, des visualisations, sans oublier les sons, chants, rythmes, musiques, etc. développent ce second corps et ouvrent la voie vers le troisième.

3. Le corps émotionnel

Le corps émotionnel se manifeste par les ressentis qu’il faut savoir distinguer des sensations purement liées au fonctionnement du corps physique. Si je me cogne la tête ou souffre d’indigestion, cela fait mal. Si je mange ce dont mon corps a besoin, je suis repu. Ce sont des sensations essentiellement physiques.
Le corps émotionnel se situe entre le corps physique et le corps mental et forme le pont entre les deux. Les ressentis sont ce qui apparaît à la conscience au cours des processus d’adaptation, ils impliquent notre monde biologique interne et le monde extérieur.

Le mot « émotion » contient motion, c’est-à-dire mouvement. Les émotions sont ce qui nous met en mouvement pour nous adapter, nous ajuster intérieurement et extérieurement. Elles apparaissent toujours dans une dualité : attraction-répulsion, ouverture-fermeture, expansion-rétraction ; ce que nous traduisons par des mots comme amour-haine, peur-confiance, agressivité-bienveillance… Les émotions provoquent des réactions variées telles que : fuir, se battre, figer, séduire, sourire, pleurer…

4. Le corps mental

peinture-stephane

Peinture de Stéphane DUBOIS

Le quatrième, est le corps mental. Il est le lieu des phénomènes intellectuels, la pensée, l’imagination.
Il est en interaction continue avec les deux premiers corps. Il est relativement facile de prendre conscience de la façon dont il influence les autres. Il suffit de nourrir une pensée spécifique ou d’évoquer une image mentale particulière et d’observer ce qui se passe instantanément en nous, en termes de sensations et de modifications subtiles de la respiration et de la posture. En fait, on sait maintenant que toute image ou toute pensée met immédiatement en route des circuits neurologiques spécifiques et un ratio particulier de sécrétions hormonales.

Ce corps est immense. Tous les conditionnements, culturels, familiaux… toutes nos lectures, nos rencontres, les médias auxquels nous nous exposons, affectent en permanence ce corps mental et, par lui, nos corps physiques et émotionnels.
Pour notre recherche intérieure, pour notre état de santé et pour notre bonheur, nous devons porter une grande attention à ce qui habite notre corps mental. Cette attention nous sort du troupeau des gens conditionnés esclaves de leur éducation et de ce que pensent les autres. Elle nous prépare à la liberté. Cela nous prépare à entrer dans le royaume du corps suivant.

5. Le corps intuitif

Le cinquième corps, le corps intuitif, est celui de la perception directe, de la vision pure. Il va au-delà de la logique. Il va directement à la nature des gens et des choses.
Avec ce corps, nous sommes simplement conscients de ce qui est, de ce qui se passe autour de nous, de ceux qui manipulent, de ceux qui aiment…
Habituellement, c’est l’intellect conditionné qui mène nos vies. Accéder au corps intuitif qui est en lien direct avec le cœur fait de l’intellect le serviteur et non le maître.

6. Le corps du bonheur

Sat-Chit-Ananda

Le sixième corps est le corps du bonheur.
Il est décrit en Inde comme Sat Chit Ananda :

  • Sat signifie la vérité, la reconnaissance de ce qui est.
  • Chit : la lucidité, la conscience pure de ce qui est.
  • Ananda : la conséquence d’une conscience pure, le bonheur dont la qualité fondamentale est un état d’amour sans raison pour tout ce qui est, simplement parce que c’est.

Les six graines ou semences

Ces six corps sont appelés les six graines ou semences. Semences de quoi ?

De la suprême réalité qui ne peut être décrite et qui se situe au-delà de toute limitation…

On pourrait dire : « Je suis conscience, je suis amour, je suis infini, je suis éternel. » mais cela ne nous convient pas vraiment car, à proprement parler, il n’y a plus personne pour s’attribuer ces qualités d’expérience.
Il nous semble plus juste de dire : « Il y a conscience, il y a amour, il y a infini, il y a éternité… » car il n’y a plus aucune identification à quoi que ce soit.
C’est un saut dans l’inconnu, dans le mystère de sa propre existence. Au-delà encore, il ne reste plus rien, le néant, le vide absolu d’où tout survient. Là aussi nous retrouvons la physique quantique, le vide qui contient tout en termes de potentialité, formes et énergie… Et nous retrouvons aussi l’existentialisme, l’être et le néant de Jean-Paul Sartre.

Cette réalité ultime peut être appelée le septième corps.

Les Tibétains parlent du Dharmakaya, l’absolu, l’essence de l’univers, l’unité de toutes les choses et de tous les êtres, manifestés ou non.
Dans les traditions Hindouistes, on rencontre Purusha, l’homme cosmique, le soi, la conscience, qui doit être sacrifié dans l’acte créateur pour exister. Mais pour que la créature puisse s’épanouir totalement et trouver l’extase, elle doit découvrir le Purusha en elle, la conscience qui est sa source même.